» Pourtant si même le Soleil a trouvé la paix dans sa
course, Moi, parce que !e créais toute chose et parce que
J’ai conçu l’idée de placer des fondations et de créer des
créatures visibles, Je ne trouve jamais la paix  »
On sait aujourd’hui avec certitude que le Livre d’Enoch était bien le  » livre de chevet  » du Christ et qu’il le connaissait par cœur, ce qui explique pourquoi on retrouve autant de phrases d’Enoch dans les Evangiles.
Texte unique, monument historique de l’humanité, aucun autre livre n’a raconté avec une telle précision les sorties hors du corps en compagnie des Anges pour rencontrer Dieu.
Dans un esprit totalement nouveau par rapport à l’approche purement linguistique et académique, la version originale éthiopienne a été entièrement modernisée par Anne-Marie Bruyant, agrégée de lettres, afin d’obtenir une lecture fluide et surtout contemporaine.
Enfin, les deux plus grands spécialistes mondiaux d’Enoch, l’américain James C. VanderKam (diplômé d’écritures hébraïques) et surtout Joszef Milik (les manuscrits de Qmrân) ont apporté leur éclairage supplémentaire et ont répondu à toutes les questions que pose l’existence du plus mystérieux et du plus magique de tous les livres spirituels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *