Dans la série Scandale d’Etat & République bananière, voici la Taxe dividendes : anticonstitutionnelle… Oups ! Donc 10 milliards d’euros à rembourser aux entreprises taxées depuis 2012. Et on va les trouver où ces 10 milliards ? Facile et pas du tout ubuesque : 5 milliards de surtaxe sur les bénéfices des entreprises et 5 milliards payés par l’Etat (quel que soit le mode de taxation ou de remboursement, ce sont les contribuables et les consommateurs qui payent au final…)

La taxe sur les dividendes n’en finit pas de faire des vagues. Aujourd’hui c’est une facture à 10 milliards que Bercy doit rembourser aux entreprises concernées. Qui va payer ? Comment en est-on arrivé là ? Guillaume Guichard fait le point. (Le Figaro)

 

Des explications complémentaires données par La Croix et Europe 1 :

 

(Extrait de Bercy comble le trou laissé par la taxe dividendes)

« Le gouvernement envisage faire supporter aux entreprises environ la moitié de l’addition, soit 5 milliards d’euros. Il devrait en passer par une surtaxe exceptionnelle sur les bénéfices applicables aux entreprises affichant un chiffre d’affaires supérieur à un milliard d’euros. Voté avant fin 2017, ce nouveau prélèvement pourrait s’imputer sur les bénéfices de l’année en cours. et remplir immédiatement les caisses de Bercy.

« Le périmètre de la mesure est encore en cours de calage, mais cela concernerait environ 300 entreprises, avec le but d’être le plus proche possible de celles qui étaient impactées par la taxe sur les dividendes, » a expliqué Amélie de Montchalin, chef de file des députés LREM de la commission des finances. »

 

(Extrait de L’UE demande à la France des précisions sur ses efforts budgétaires en 2017 et 2018)

« Dans une lettre adressée à Paris, la Commission européenne écrit « souhaiter demander des précisions sur le respect des efforts budgétaires prévus par la France en 2018 ». Concernant les budgets 2017 et 2018, « l’analyse préliminaire de la Commission indique que la correction du déficit excessif et sa pérennité sont toujours sujets à risque », ajoute-t-elle.

« La correction du déficit excessif » sujette à risque. « Les informations supplémentaires (…) nous seront utiles pour évaluer si le déficit excessif sera corrigé d’une manière durable, en particulier au vu de l’impact de l’invalidation de la taxe à 3% sur les dividendes par le Conseil constitutionnel« , écrivent le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis et le Commissaire aux Affaires économiques Pierre Moscovici. »

 

Oui, vous avez bien lu : c’est – le sûrement fort sympathique – Valdis Dombrovskis qui dicte à la France comment elle doit gérer son budget…. La France, une mineure sous tutelle qui doit montrer patte blanche à un homme politique letton quand elle veut utiliser son argent de poche… Pathétique !

 

Pour continuer dans le pathétique, nous pourrions aussi parler de la suppression de l’ISF (impôt sur la fortune)…

 

Fin de l’ISF : Open bar pour les riches ?

Le 20 octobre, une poignée de députés votait la fin de l’impôt sur la fortune, soit la perte pour la France de 3 milliards d’euros d’argent public, au profit des 1% les plus favorisés. « Réforme nécessaire », ou mesure injuste et absurde, alimentant les inégalités et la spéculation ? On vous laisse vous faire votre avis(Le Fil d’Actu)

 

Ne reste plus que la dérision devant une telle déchéance…

 

ADIEU ISF

Pour fêter la probable suppression de l’ISF, Marie S’Infiltre dans les palaces Parisiens, dans notre beau 16 ème arrondissement, au golf … Pour souhaiter un bon retour parmi nous aux exilés fiscaux ! (Marie S’Infiltre)

 

Scandale d’Etat & République bananière, c’est maintenant !

(et ce « maintenant » dure depuis bien longtemps… Voir Sarkozy et l’argent de Kadhafi : un scandale d’Etat étouffé par certains médias)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *