En 17 ans, notre pays a perdu plus d’un million d’emplois industriels. L’essentiel des biens manufacturiers que nous consommons est produit hors du territoire national. Si les groupes industriels du CAC40 affichent des profits records, une part de plus en plus importante de leurs activités et de leurs emplois se situe hors de l’hexagone. Des filières stratégiques ont été abandonnées aux contrôles des multinationales. Les fonds financiers transnationaux détruisent de l’intérieur nos entreprises en s’appropriant le savoir-faire des travailleurs, en s’emparant des brevets

Depuis, plusieurs mois, pas une semaine ne se passe, sans que des plans de licenciements, de fermetures d’entreprises ne soient annoncés. C’est tout le tissu industriel français qui continue de partir, le savoir faire, l’intelligence des salariés, la technologie qui sont anéantis.

En ce moment, salariés-es de VEhixel (Bourg-Attignat) vous êtes confrontés-es à ce problème avec 75 licenciements prévus (plus de la moitié de l’effectif). Vous luttez avec vos syndicats pour sauver vos emplois et la fabrication de carrosserie industrielle. .

Vous avez raison les besoins en ce domaine sont importants. La transition écologique exige que les véhicules de transports routiers soient construits en énergie propre; le parc de ces véhicules nécessite d’être renouvelé et modernisé. Il y a donc nécessité de garder les sites de production en France, dans les usines de Bourg et de son agglomération.

Les communistes de la section Bourg Bresse Revermont vous apporte leur soutien

Votre combat est le bon combat et nous continuerons à le mener ici et comme dans tout le pays »,

Il faut en finir avec le chômage et les emplois précaires,

Gouvernement et Medef ne cessent de parler du chômage, mais toujours avec les mêmes solutions qui aggravent la situation.

REnsemble, construisons une politique capable d’imposer par les luttes un vrai changement pour sécuriser l’emploi et la formation, nécessaire à une renaissance industrielle et écologique au service des besoins humains.

Sans l’industrie, il n’y aura pas de progrès social possible dans notre pays. 

1) Interdisons les licenciements boursiers et imposons le remboursement des aides publiques (interdiction des licenciements qui visent uniquement à accroître la rentabilité financière des entreprises – Remboursement des exonérations de cotisations sociales et aides publiques (CICE,CIR) lorsque l’entreprisse procède à des licenciements injustifiés

  • 2 ) Partageons le temps de travail. L’augmentation de la productivité permet le passage progressif aux 32 heures par semaine pour créer des emplois et répondre à l’exigence d’une meilleure conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle.
  • 3) Sécurisons l’emploi et la formation : La sécurité de l’emploi et la formation pour assurer à chacun un travail décent ou un revenu de remplacement, ainsi que des droits sociaux continus (salaire, formation, qualification, représentation syndicale) – le rétablissement de la hiérarchie des normes, pour que celles négociées soit plus favorables aux salariés
  • 4) Augmentons les salaires et luttons contre l’emploi précaire : revalorisation du Smic mensuel à 1 800 € brut – Limitation des contrats précaires – Sécurisation du CDI – Des mesures innovantes pour l’emploi des jeunes,
  • 5) Encadrons les rémunérations des dirigeants : au sein d’une même entreprise dans un rapport de 1 à 20.
  • 6) Instaurons de nouveaux pouvoirs syndicaux -: instauration d’un droit de veto du comité d’entreprise sur les décisions stratégiques et économiques de l’employeur- Création d’un droit de préemption des salariés pour qu’ils puissent reprendre leur entreprise.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *