De tous temps, les luttes ont dû marquer des pauses.

Afin de mieux reconcentrer ses forces la classe ouvrière doit pouvoir souffler et réfléchir car si la lutte a besoin de ses jambes, elle a aussi besoin de sa tête.

 Après les grandes manifestations contre les agressions sociales (loi travail, reforme du code du travail, l’augmentation de la CSG, etc.) ce serait une erreur de penser que la classe ouvrière capitule car les escarmouches continuent et la conviction des travailleurs, des retraités, des étudiants en matière d’exploitation s’est confortée.

Pourtant le patronat et le grand capital usent de tous les moyens pour décourager ceux qui s’opposent à leur diktat. Que ce soit la désinformation orchestrée par leurs grands moyens d’informations, que ce soit par les tentatives de divisions des salariés en faisant pression sur certaines organisations syndicales qui préfèrent jouer la carte de la collaboration plutôt qu’engager la lutte pour la sauvegarde des intérêts de la classe ouvrière, que ce soit aussi par la perte de salaire qu’occasionne la lutte.

 Malgré leurs gros moyens, ils ne peuvent que retarder l’échéance, mais ne pourront pas empêcher leur effondrement.

Leur mépris, leur volonté de refuser de négocier, leur obstination à vouloir s’accaparer de la richesse sans partage va finir par les mener à un affrontement inéluctable.

De tous temps il y a eu des hommes, des femmes qui ont mené la lutte contre le despotisme. Parfois minoritaires ou incompris, pourchassés, persécutés, ces militants de la liberté, du droit social, défenseurs de la classe ouvrière, ont sans relâche fait barrage aux prétentions du Capital. Ils pourront toujours pourchasser, emprisonner, torturer, tuer, mais ils n’arriveront jamais à museler l’idée d’une société plus humaine et plus respectueuses des pauvres et des petits. Une société fraternelle, de partage, ou il fera bon vivre.

Quand Macron cite en exemple le premier de cordée, il oublie de parler des porteurs condamnés à porter les bagages !! Car la réussite des premiers de cordée dépend des porteurs, qui non seulement font le même trajet, mais en plus sont chargés comme des mulets.

Quand Macron parle de faire revenir les riches en France ?? Autrement dit, il défend le fait que ces gens qui sont partis mettre leur capital à l’étranger méritent d’être récompensés ?? 

Si à une époque ils ont déserté la France, trahi le peuple pour des raisons bassement financières, c’est parce qu’ils estimaient que la spéculation étrangère était plus juteuse.

On voudrait les faire revenir pour leur permettre de spéculer à nouveau sur le dos d’une main d’œuvre appauvrie. C’est surement pour ces raisons que Macron et sa clique entendent redonner au patronat les pleins pouvoirs en matière de droit social.

 Ces gages, ces garanties sont autant de cadeaux aux riches qui aggraveront les conditions de vie et de travail des salariés.

Ces félons qui ont déserté la France en portant des coups sévères à l’économie du pays devraient être considérés comme des traites et de ce fait au lieu de leur dérouler le tapis rouge, ou de leur faire cadeau de l’ISF, on devrait les condamner avec saisie de leurs biens.

Voila ce que le peuple attend, plus de partage, plus de justice. L’Etat doit veiller au partage pour tous et non à l’enrichissement d’une minorité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *